Le Compte Rendu De Texte Ou R Sum

Réaliser une analyse de phase 1

Les yeux sont disposés de deux côtés de la tête qu'assure un grand champ visuel, bien qu'ait les manques de la vue - l'absence du sentiment de la perspective et une mauvaise estimation de la distance. Mais, il y a en avant un terrain, qui est accessible aux deux yeux du poisson et elle en cas de nécessité estimer mieux la distance se tourne du côté de l'objet l'intéressant. Près de la plupart des poissons de l'oeil on dispose des côtés de la tête, vers la fin les groins que vers les ouïes. Chez les poissons conduisant le mode de vie, ils sont disposés dans la partie supérieure de la tête. La distance entre les yeux, mesuré selon haut de la tête, s'appelle la largeur du front.

L'épiderme comprend quelques couches des carreaux, parmi qui il y a des carreaux élaborant spéciaux muqueux mise en relief, produisant à la surface de la peau et faisant elle lisse et glissant que diminue la résistance de l'eau au mouvement du poisson. Cette couche muqueuse se renouvelle constamment et empêche l'établissement et le développement des divers champignons et les bactéries.

Dans l'arrière de la tête il y a des ouïes, qui servent pour la respiration et sont protégés par le couvercle mobile branchial. Dans la raison de chacun de 4 paires (selon 4 de chaque partie) les ouïes est l'arc en os branchial, sur la partie intérieure de qui il y a des étamines blanchâtres branchiales formant avec la cavité buccale le filtre original, filtrant la nourriture. Les pétales Est vifs-rouges branchiaux imprégnés du sang les pousses cutanées, sont assis le long du bord de derrière de l'arc branchial et à eux il y a un échange gazeux.

Dans l'orifice de la surface du caviar pénètrent un peu, mais seulement un d'eux se trouve dans l'ovule, car chez elle maintenant sous l'enveloppe se forme la membrane supplémentaire et par l'autre la voie est fermée. Après les noyaux pour hommes et féminins fusionneront, commence la multiplication des carreaux et la formation de l'embryon, qui commence à se nourrir à cette époque du jaune. Il a graduellement une moelle épinière, la tête, les fentes branchiales et d'autres organismes et, enfin, il quitte l'enveloppe avec la partie restée du jaune, de qui la larve se nourrit encore quelque temps, et puis commence à nager et chercher le fourrage.

Le corps des poissons vivant directement sur le sol, est d'habitude serré de haut en bas, et le ventre est fort. Les nageoires formant la paire sont rapprochées aux parties, et de poitrine sont fortement développés et peuvent servir pour le déplacement sur le sol.

L'appareil digestif comprend de les orifices, la cavité buccale, la cavité glottique, l'oesophage, l'estomac (manque près des cyprinides), l'intestin, le rectum et les organismes subordonnés participant à la digestion de la nourriture. Dans la cavité buccale, dans la plupart des cas, il y a des dents, qui après l'usure se renouvellent souvent. La cavité glottique est coupée par les fentes branchiales, et les étamines branchiales empêchent la sortie dans eux de la nourriture à l'extérieur. Puis il faut l'oesophage court et étroit passant à l'estomac, qui est joint à l'intestin. Chez les poissons carnivores il court, chez - long est spiralement roulé. Dans tout l'appareil digestif il y a des glandes muqueuses. À côté de l'intestin on dispose grand, riche en la graisse et les vitamines le foie et le pancréas. Ces trois organismes digèrent la nourriture, i.e. la décomposent en composantes les plus simples, et puis étudient. Les restes non digérés se dirigent au rectum et sortent dans l'orifice anal.

La plupart des aspects des poissons ont la vessie natatoire remplie du mélange des gaz l'organisme, apparaissant en train du développement de l'embryon du mur de l'intestin. À uns aspects des poissons le lien entre eux se garde, chez les autres est liquidé. La vessie natatoire assure la position d'équilibre du corps dans l'eau et le poisson, en réglant la quantité de gaz dans lui peut émerger, s'immerger ou planer dans l'eau. Les alevins de certains aspects des poissons sont obligés pour prendre l'air et remplir par celui-ci la vessie natatoire se lever vers la surface de l'eau dès que commenceront à nager. Si le niveau de l'eau est haut, ils ne pourront pas faire cela et restent les estropiés.